Mali

 

Aperçu

Un projet de 3 ans (janvier 2015 à décembre 2017), d'appui à l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH) dans les établissements médicaux du Mali, est actuellement en cours pour soutenir l'accès à l'eau potable pour environ 66'000 personnes qui fréquentes les cliniques de santé dans les districts ruraux de Koro (cercle de Mopti) et Bla (cercle de Ségou). Le projet est un effort conjoint entre le Ministère de la Santé, l'OMS, WaterAid et la coopération au développement des États-Unis (CDC) avec le soutien financier de la Fondation Hilton. Les zones ciblés ont été sélectionnées car elles contiennent beaucoup des «plus pauvres parmi les pauvres» et qu'elles font face à des défis pour assurer un accès durable à de l'eau potable. À l'échelle nationale, 61% des établissements disposent d'une eau de mauvaise qualité (turbidité et manque de chloration), 24% ont une quantité insuffisante d'eau et 68% manquent d'installations pour se laver les mains.

Les objectifs de ce projet (qui se concentre autant sur les efforts locaux que nationaux) sont de:

  1. Procéder à une analyse de la situation WASH dans les établissements de soins et de recommander des mesures pour améliorer l'accès;
  2. Fournir des services WASH à court et à long terme dans les structures médicales;
  3. Renforcer les capacités d'exploiter et d'entretenir des services d'approvisionnement en eau potable sur le long terme et de surveiller et évaluer notre intervention;
  4. Accroître la planification et la coordination entre les gouvernements locaux et les partenaires de mise en œuvre pour renforcer un environnement propice.

L'amélioration des infrastructures

WaterAid et CDC ont amélioré de façon significative les infrastructures WASH dans les structures médicales sélectionnées, y compris l'installation rapide de 76 stations d'hygiène des mains et d'eau potable, 15 forages avec un stockage surélevé de l'eau et 10 incinérateurs à double chambre de combustion. Des efforts ont été faits pour utiliser des technologies locales qui sont également respectueuses de l'environnement (à savoir des systèmes de pompage solaires). CDC mène une évaluation de la santé afin de déterminer l'impact de ces améliorations sur la mortalité maternelle et néonatale.

Renforcement des compétences

Un série de formations impliquant près de 100 personnes ont eu lieu sur les thèmes de l'hygiène des mains, la gestion des déchets issus des activités de soins et plus largement l'utilisation de WASH FIT (outil d'amélioration de l'eau et l'assainissement pour les établissements médicaux) pour donner la priorité, maintenir et améliorer WASH dans les établissements de soins. Une formation de formateurs à l'échelle nationale est prévue pour le mois de mai 2016 afin de diffuser encore davantage l'outil parmi d'autres partenaires travaillant à améliorer WASH dans les établissements de soins, y compris la Croix-Rouge, UNICEF, USAID et Terre des Hommes. Les principaux enseignements tirés de la formation comprennent l'importance d'organiser des ateliers pratiques au sein des structures médicales, de soutenir la formation continue et l'échange entre les établissements, et d'avoir plus de soutien technique pour la gestion des déchets issus des activités de soins, un problème souvent négligé.

Dialogue relatif à la politique

L'OMS a facilité la mise en place d'un groupe de travail national sur WASH dans les structures médicales afin de partager les leçons apprises et les outils ainsi que d'améliorer les synergies avec les initiatives gouvernementales existantes. En outre, l'OMS a facilité la tenue d'un atelier national sur la transition vers l'objectif du développement durable pour l'eau et l'assainissement au mois de mars 2016, qui comprenait des séances consacrées à WASH dans les établissements de santé étant donné que le Programme commun OMS/UNICEF de suivi de l’approvisionnement en eau et de l’assainissement (JMP) établira désormais régulièrement des rapports sur l'accès à WASH au sein des structures médicales.

spacing