Sierra Leone

En septembre 2015, le Consortium de Réponse à Ebola (ERC) et la Direction de l'assainissement de la santé environnementale du Ministère de la Santé et de l'Assainissement, avec l'appui de l'UNICEF, a mené une évaluation à l'échelle nationale relative aux infrastructures WASH dans les établissements hospitaliers. L'évaluation a montré qu'une grande proportion d'établissements médicaux du pays ont des services WASH pauvres ou limitées.

Ceci confirme ce qui a été trouvé par l'OMS lors d'une évaluation rapide des infrastructures WASH dans la Chefferie de Tonkolimba du district de Kambia lors de l'épidémie d'Ebola de Sella Kafta. Kambia a été l'un des districts les plus touchés par le virus Ebola en raison d'un éventail de facteurs, comme les déplacements incontrôlés au sein du pays, des frontières perméables et parce que le district servait de plaque tournante au commerce informel entre les deux pays, avec la plupart des produits provenant de la Guinée destinés à Freetown et d'autres régions du pays. Les installations WASH étaient dans un état déplorable, avec des sources d'approvisionnement en eau non-fonctionnelles, des incinérateurs en briques cassés et des latrines délabrées. Parmi les quatre établissements de soins évalués dans le Chefferie, un seul avait une pompe à main fonctionnelle (le temps moyen pour la répration d'une pompe est de cinq mois), aucune des structures médicales n'avait un incinérateur opérationnel et il n'y avait que deux fosses de brûlage. Les quatre établissements hospitaliers avaient des latrines non améliorées.

Les partenaires travaillant dans le domaine WASH au niveau des établissements de soins en Sierra Leone incluent:

  • ERC (un consortium d'ONG)
  • Le consortium urbain WASH (qui travaille dans le district de l'Ouest, Freetown)
  • UNICEF
  • International Medical Corps
  • Partners in Health
  • UNOPS (impliqué dans la réhabilitation et la construction d'incinérateurs à faible coût dans 22 centres publics de soins, ainsi que la réhabilitation de l'approvisionnement en eau, forage de puits, etc.)
  • PNUD (appui à l'amélioration de la gestion des déchets issus d'activités de soins en installant des autoclaves et des machines de déchiquetage dans quatre établissements de soins à Freetown)
  • OMS (appui au développement de la politique, et actuellement en train de développer un plan de traitement de l'eau pour les ménage et un plan de stockage sûr pour le pays).

La clé pour des interventions WASH durables dans les établissements de soins en Sierra Leone est une approche intégrée au niveaux du bassin et au niveau régional. L'intégration des services cliniques, le contrôle de la prévention des infections (IPC) et la santé environnementale offriront des opportunités pour résoudre les problèmes principaux auxquels font face les établissements médicaux et les communautés locales.

En raison du changement climatique, la région est de plus en plus sujettes aux inondations et par manque de systèmes d'alerte précoce ainsi que d'infrastructures, le risque d'épidémies liées à des maladies d'origines hydriques est susceptible d'augmenter. Intégrer la surveillance des maladies, IPC et la santé environnementale devrait être une priorité pour améliorer les conditions dans les 1'022 établissements de soins et 22 hôpitaux publics actuellement en Sierra Leone.

spacing